Samedi 7 Octobre

Juja Lula

Il y a chez les sœurs taffin une complicité contagieuse qui fait entrer par la porte du familier dans l’antre du bizarre.

Juliette, pianiste trompettiste fellinienne et Lucie, accordéoniste solaire et cramée, chantent ensemble depuis l'enfance des chansons. Parfois sobres et minimales, parfois riches et débordantes, on y reconnaît la gravité du blues, le lyrisme du jazz.

JujaLula nous fait le cœur gros. Comme ces bateaux pirates qui nous délivrent par instant de la gravité, en nous balançant dans les airs, enthousiastes, puis nous rabattent au sol, dans une chute qui heureusement ne fait que frôler l’herbe tendre…

JujaLula chante quelques fois la déception (M. Déconfiture, J’aurais aimé) et même le déluge (Noé), mais cherche toujours une porte de sortie (Le sosie, La douloureuse) : va et vient entre des précipités réalistes vertigineux et des instants magiques d’apesanteur.

Car, formées d’abord au théâtre, les deux chanteuses évoluent sur scène sans filet ; tant dans l’inattendu des textes et des surprises musicales qu’entre les chansons, lorsqu’elles improvisent leurs pantalonnades chorégraphiques et leurs mots doux balancés au public.


Samedi 14 Octobre

Sabine Drabowitch

Sabine Drabowitch chante des chansons.Mi-campé, mi perché, résolument décalée, c'est d'une voix claire et fluide qu'elle nous raconte d'étranges mélopées en volutes autour de son accordéon et de la guitare de Michel Taïeb.

Sous de grands arbres ou des ciels de breloque, dans des odeurs de sous-bois, le charme opère et on le laisse faire...Électron libre de la scène chanson, concocteuse de balades terreuses et décoiffées, elle fête ce printemps 2017 la sortie chez Séraphique productions de son quatrième album « Phréatique », fabriqué main dans la main avec Michel Taïeb à la réalisation et aux arrangements.

Avant d’être chanteuse, Sabine Drabowitch était déjà chercheuse en spectacle vivant, exploratrice de scène, et plantait déjà sans vergogne son crayon dans les sillons des pages blanches.

Et voici qu’un soir de pluie…elle découvre au fond d’un drôle de bouge nommé l’Ailleurs toute une bande de joyeux énergumènes impolis, turbulents et semble-t-il passionnément amoureux. Sans coup férir, elle les suit à Ivry, où Alain Leprest de sa plume enchantée anime un atelier d’écriture. Elle planche courageusement autour de la table du « Picardie » avec d’autres valeureux : Stéphane Cadé, Loïc Lantoine, Wladimir Anselme, Yannick Le Nagard, Laurent Madiot, Florent Vintrigner, Travis Bürki… et décide à leur contact d’embrasser la cause chanson.


Samedi 21 Octobre

Urbain Rinaldo

Urbain Rinaldo fait danser la poésie !

 

Compositeur de talent, il prend les plus beaux poèmes de la langue française et les met en musique!

Il nous fait découvrir trois poètes de son île la Guadeloupe : Guy Tirolien, Ernest Pépin et Max Rippon

 

 

"Entendre la poésie antillaise résonner sous ses doigts et dans sa voix est une exaltation proche de la transe; comme si cette poésie était universelle et définitivement à nous : un spectacle chaud."

Christian Paccoud

 

 

Urbain Rinaldo : Musique-piano-voix

 

Irène Mugnaini : Clarinette-saxo

 

Naïs Glasson : Violoncelle

 

Antoine Sagette : Cajón- Djembé

 


A voir absolument !

Samedi 28 Octobre

ORLY (ex-From&Ziel)

ORLY c’est une voix rauque, une voix de tabac et de fumée qui s'élève dans des flamboiements insensés.

Passion, lyrisme, cris et chuchotements...

C’est aussi une présence, une folie, une dimension poétique soutenue par une musique qui l'accompagne, le soutient, l’emporte, l'épaule, nuance une ombre, caresse, percute, suspend.

Ca respire ensemble à chaque phrase et ça expire aussi à la fin des mélodies.

Un trio puissant qui ajoute à la musique une imagerie romantique, un duel à trois qui sait se faire terrible et tendre à la fois."‘’ Ils sont plus de deux mille, et je ne vois qu’eux....”

ORLY, Un poète urgent, un pianiste en transit et un sorcier souffleur. “La pluie les a soudés l’un à l’autre” pour une épopée de notes et de mots.

Une écriture raffinée, parfois drôle, souvent âpre voire brutale, mais jamais dénuée de tendresse et de poésie, le tout tinté d’une mélancolique sensibilité.

“C’est triste Orly le dimanche avec ou sans...”

ORLY est un trio composé de trois artistes d’horizons différents.

Samuel Veyrat (textes/chant) depuis toujours fait sonner les mots, nourrit depuis la tendre enfance aux Ferré, Brel, Barbara et autres grands. Il s’est d’abord illustré dans le rap et autres musiques urbaine savant de revenir à la chanson notamment pour le duo From & Zielavec lequel il sillonne la France pendant une dizaine d’années.

Ian Zielinski (piano/composition), avec un parcours plus ‘’classique’’ arrive à la chanson par accident... Une rencontre, un projet mais aussi le plaisir d’enfreindre les règles acquises lors de sa formation de musicien. Il délaisse alors son violoncelle pour apprivoiser les cordes frappées et forme avec Samuel le duo From & Ziel.

Xavier Bussy (Saxophone, clarinettes, mélodica, glockenspielet arrangements). Lui vient du jazz, mais pas seulement. Compositeur pour l’image (cinéma / pub / docs),il est aussi un fin arrangeur qui travaille pour de nombreux artistes; ce qui lui a valu une Victoire de la musique en 2009 pour l’arrangement de la chanson de l’année.

L’alchimie sonne ici comme une évidence.