Samedi 18 Novembre

Mégaphone Tour    festival itinérant

Judah Warsky ,  Dani Terreur  et  SiAu

Le Mégaphone Tour est un festival itinérant voulu comme un dispositif national d’aide a la tournée qui défend la formation de la scène par la scène et revendique le passage dans de petits lieux comme étant plus que jamais une étape formatrice et indispensable dans la carrière d’un artiste.

 

Autour de la tournée qui est l'essence même du projet, le Mégaphone Tour s'étoffe d'une formation collective de deux jours en partenariat avec Le Studio des Variétés, d'un showcase de fin de saison à l'attention des professionnels, d'un programme d'actions culturelles et d'un suivi des artistes au travers des Itinéraires BIS du Mégaphone Tour.

JUDAH WARSKY

« Musique à synthé, qui synthétise l’anxiété européenne et les musiques des immigrés » Les Inrockuptibles

LES INROCKUPTIBLES

DANI TERREUR

« L’auteur-compositeur et guitariste prend son envol en solo et s’épanouit comme jamais. Ses textes sont autant de petits plaisirs coupables qu’on aime se chuchoter à l’oreille. Amours chiennes, histoires de vengeance, voyages initiatiques, c’est à la fois menaçant, troublant et séduisant, en un mot vibrant. L’une des plus belles promesses de 2016 ! » 

PAULETTE

 

SIAU

« On navigue entre les arrangements pianistiques d’un Patrick Watson, l’électro- expérimentale de James Blake. On pense aux premiers albums de Coldplay, à ceux récents de Flavien Berger, Bashung et Bon Iver ne sont pas loins. SIAU dévoile un univers kaléidoscopique bourré d’influences. Un monde parallèle dans lequel on peut se réfugier et se perdre. »

FRANCE CULTURE


Samedi 25 Novembre

Be Bop Bobby

Cie U-Gomina


Jeu et chant : Valérie Niquet et Pascal Carré Orgue de Barbarie : 27 touches Odin

Mise en scène : Ugo Ugolini

Création compagnie U-Gomina

Spectacle autour des chansons et des textes de Boby Lapointe.

 

  Des mots ciselés au scalpel, un humour décadent et décalé, du baroque, de la tendresse, dans le grand art du calembour et de la contrepèterie, Boby Lapointe n’a d’inégalable que lui même.

 

 Be Bop Boby, c’est un hommage délicieux où l’amitié et la bonhomie ne manquent pas autour de textes truffés de jeux d’esprits. Un cocktail réjouissant et rugissant, une belle folie de la décadence, de la truculence des textes à la jubilation des chansons.

 

Une musicalité des mots jusqu’à Lapointe du verbe, dans la gymnastique des mandibules, pour le plus grand plaisir des zygomatiques. Dans la plus pure tradition du music-hall " de ch’val " !