Samedi 10 Mars

Le Fil d'Ariane

Né d’envies et de partages, grandissant dans l’énergie et la danse, Le fil d'Ariane transmet bien les valeurs qui l’ont créé.

Ces six musiciens vous raviront d’envolées virtuoses et éclats instrumentaux, sur un fil tendu entre musique traditionnelle balkanique et une attitude rock’n’roll.Voix, violon, mandoline, violoncelle, accordéon, guitare, flûte, percussions (Davul) et contrebasse au service de la musique.

Instruments acoustiques énergie électrique, le Fil d’Ariane est avant tout un groupe de scène.

C’est sur scène que le partage prend tout son sens et que la musique prend vie, au contact du public.

Musique Tzigane, mâtinée de tarentelles italiennes, énergie rock et chansonsUn Fil pour rester unis, cette valeur est à la base de la création du groupe. Dans les cultures Tziganes et des Balkans, la musique est un élément fédérateur, indispensable à tout événement important.

Le Fil d'Ariane perpétue cette tradition, faisant de chaque concert une occasion de partage


Samedi 24 Mars

Sweet Mary Cat

UN GROUPE DE JAZZ DU HOT CLUB DE LYON DANS LA TRADITION DES JAZZ BANDS DE LA NOUVELLE ORLÉANS.

Marie Dandrieux à la batterie
Patrick Mollon au trombone
Philippe Harbonnier au piano
Dominique Molton à la contrebasse
et Christian Genin à la trompette.

Après plusieurs rencontres avec des musiciens français de ce style et au retour d'un fameux concert du Preservation Hall Jazz band avec les vétérans en juin 1983 à Macon, deux couples de musiciens décident de monter un groupe pour jouer cette musique.

 

SWEET en hommage à Sweet Emma Barret, la fameuse pianiste du Preservation Hall, MARY pour Marie Dandrieux qui décide de passer du washboard à la batterie complète et CAT pour Catherine Gerdil qui commence le banjo…

 

Le groupe puise son inspiration dans les nombreux disques enregistrés dans les années 50 à 70 par des jazz bands de New Orleans et en particulier ceux de Bunk Johnson, Dédé Pierce, George Lewis, Piercy Humphrey, Kid Howard, et encore Kid Thomas, Louis Nelson, légendes du style qui se produisaient encore au Préservation Hall à l'époque. Ces orchestres à l'origine étaient engagés pour faire danser sur des standards américains issus de comédies musicales, de chansons populaires et autres refrains du folklore international en passant par le ragtime, le blues, le boogie ou la biguine…